Au sujet du Congrès et du Programme d'Action 2018-2022

Tous les cinq ans, l’ISP organise son Congrès mondial où la discussion et les décisions renforcent nos activités et nos capacités d’organisation.

Le programme d’action de l’ISP pour 2018-2022 (PdA), intitulé Le Peuple au-dessus du profit, orientera l’action mondiale dans l’ensemble des domaines politiques et des activités de l’ISP, sur une période de cinq ans. Le Programme d’action est aussi concis que possible. Une fois adopté par le Congrès, un bref résumé sera publié à l’attention des affiliés dans le but d’expliquer le travail et les priorités de l’ISP au personnel et aux membres, en mettant l’accent sur la façon dont le travail mené au niveau international peut affecter leur quotidien.

Récapitulatif des principaux points

Le Programme d’action proposé s’appuie sur les priorités politiques actuelles de l’ISP.

La Section 1, Introduction, souligne les menaces et les opportunités internationales auxquelles sont confrontés l’ISP et ses membres. Elle nous rappelle que notre lutte ne peut être dissociée des luttes plus importantes menées par tous les travailleurs/euses et des combats pour la démocratie, les droits de l’homme et la justice pour tous. Elle décrit également les menaces liées au pouvoir des entreprises, les inégalités croissantes, le racisme et la xénophobie à la hausse et la place unique que les travailleurs/euses de la fonction publique et les syndicats occupent dans la crise mondiale qui sévit à l’heure actuelle. Cette section estime que nous devons être fiers de notre vision et devons être prêts à agir en chef de file.

La Section 2, Se donner les moyens de créer le monde que nous voulons, insiste sur la nécessité d’accroître notre force en vue d’instaurer le changement. Cette section indique que la syndicalisation des travailleurs/euses, le développement de nos syndicats et l’affirmation de notre présence sont essentiels à notre succès. Elle souligne que la force de l’ISP repose surtout sur la taille, l’unité et l’activité de nos affiliés. À la demande de l’EB-149 (novembre 2016), l’ensemble des sections du Programme d’action comprend des actions au profit des affiliés de l’ISP. La section 2 se poursuit en plaidant pour la démocratie interne et la participation des travailleurs/euses, veillant à ce qu’ils/elles soient tous associés au mouvement syndical, et pour constituer de grandes alliances avec les usagers des services publics, les syndicats du secteur privé et d’autres alliés. Elle préconise des analyses claires, des revendications audacieuses, l’éducation des travailleurs/euses, une communication efficace et le lobbying.

La Section 3, Respect et dignité pour toutes et tous, rappelle notre attachement au respect et à la dignité de toutes et tous. Cette section plaide pour la reconnaissance des injustices historiques, la fin de toute discrimination, l’adoption d’actions spécifiques pour réparer les injustices et l’importance d’une réorientation du pouvoir dans la société. Elle comprend de nouvelles sections relatives aux migrant(e)s et aux réfugié(e)s, au racisme et à la xénophobie, aux travailleurs/euses LGBTQI, aux peuples autochtones et aux travailleurs/euses handicapé(e)s. Elle reconnaît le rôle primordial joué par le Comité des femmes de l’ISP en matière d’intégration des genres, mais affirme que les hommes doivent également tenir un rôle essentiel. Elle s’engage à étendre le soutien apporté aux jeunes travailleurs/euses en matière de prise de décisions au sein de l’ISP et leur rôle important et essentiel dans le cadre des actions de l’ISP.

La Section 4, Une économie mondiale juste, décrit la vision de l’ISP d’une nouvelle économie mondiale, plus juste. Cette section expose les enjeux liés à l’aggravation des inégalités, aux évolutions du marché du travail, à l’essor scandaleux du pouvoir des entreprises et au rôle des institutions financières mondiales dans la poursuite des politiques et pratiques néolibérales. Cette section traite de la justice fiscale, de la dette, du commerce, de la corruption, du développement durable, du changement climatique, des retraites et de la numérisation.

La Section 5, Droits syndicaux et droits des travailleurs/euses, souligne le rôle central joué par l’ISP dans la défense des droits syndicaux de ses affiliés face à des attaques sans précédent, notamment contre la négociation collective et le droit de grève dans les services publics. Cette section explique comment nous contribuerons à défendre et étendre ces droits afin de garantir que les travailleurs/euses puissent exercer leurs droits individuels et améliorer leurs salaires et conditions de travail.

La Section 6, Lutte contre la privatisation, réaffirme l’engagement de l’ISP en matière de services publics de qualité et leur rôle dans l’aide aux plus vulnérables et aux plus démunis. Cette section présente les droits humains, la justice sociale, la logique économique pour des services publics de qualité, les menaces que pose la privatisation et les moyens d’y répondre.

La Section 7, Renforcer les secteurs, détaille le rôle primordial des secteurs dans les combats de l’ISP. Cette section explique comment les questions de l’égalité, les questions transversales, la privatisation et les droits syndicaux seront intégrés et appliqués au travail sectoriel. Elle explique comment nous allons renforcer les réseaux de nos secteurs et organiser pour défendre nos affiliés et leurs membres. Elle énumère les actions spécifiques à chacun des cinq secteurs de l’ISP.

Le thème du Congrès

Conformément à la tradition de l’ISP de rendre hommage au pays hôte du Congrès, nous avons eu le défi de trouver quelque chose de particulier à la Suisse qui pourrait également mettre en évidence une telle réussite historique: notre 110ème anniversaire et 30ème Congrès.

Nous allons donc réunir deux éléments thématiques contemporains de l’ISP: le dadaïsme, un mouvement d’art basé en Suisse qui vient de célébrer son centenaire; et le constructivisme, une praxis politique artistique intrinsèquement liée à la première révolution ouvrière – célébrant également 100 ans – qui vante l’art comme outil de changement social.

Suisse, 1916 : un groupe d’artistes, de marginaux, d’exilés politiques  et de révolutionnaires se réunit et crée le mouvement dada. Pour les dadaïstes, le langage et l’image de l’ordre politique établi et de la classe dirigeante étaient, tout bonnement, totalement insensés.

Dada, en tant que mouvement, a commencé à Zürich en 1916 en réaction aux horreurs de la Première Guerre mondiale. Ses partisans ont rejeté la «raison» et la «logique» de la société capitaliste bourgeoise qui avait conduit à des millions de décès insensés sur le champ de bataille. Les dadaïstes ont opté pour des expressions de non-sens, d’ironie, de chaos, d’iconoclasme et d’absurdité comme moyen d’exprimer leur opposition. S’appuyant sur le collage, la poésie sonore et l’écriture découpée, les dadaïstes se sont vigoureusement opposés aux normes et aux orthodoxes acceptées de leur époque.

Un siècle plus tard, à une époque où la publicité et le marketing nous bombardent sans relâche d’images impossibles, où d’éminents responsables politiques débitent de fausses vérités et des absurdités, où des idées économiques mortes depuis bien longtemps sont remises sur le tapis et vénérées… À notre époque, le rejet de l’orthodoxie par le mouvement dada demeure plus que jamais pertinent.

En temps de crise, nous nous rassemblons

A notre époque, le rejet de l’orthodoxie par le mouvement dada demeure plus que jamais pertinent…
Totalement insensé

PDF

Chronologie

Dates et échéances constitutionnelles

28 Sep

DATE LIMITE POUR QUE LES AFFILIES AUTORISENT LES VOTES PAR PROCURATION

Constitution Annexe 4, Représentation au Congrès, h)

Toute organisation affiliée qui n’a pas la possibilité d’assister au Congrès peut mandater le/la délégué/e d’une autre organisation affiliée appartenant au même collège électoral ou sous-région pour la représenter. Ce mandat n’est valable que si l’organisation mandataire en informe le/la Secrétaire général/e de la PSI par écrit au moins quatre semaines avant le Congrès. Aucune organisation ne peut voter par procuration pour plus de trois autres organisations.

Affiliés hôtes

L’Internationale des Services Publics rassemble plus de 20 millions de travailleurs, représentés par 669 syndicats dans 154 pays et territoires. L’ISP a trois affiliés en Suisse:

Syndicat Suisse des Services Publics

SSP VPOD

Le SSP est le syndicat des Services publics pour la défense des services publics. Toute personne qui travaille dans le secteur public - que vous soyez enseignante, infirmière, adjoint administratif, bibliothécaire, jardinier de ville, travailleur social ou pompier - peut se syndiquer au SSP.

Peu importe que votre employeur soit la Confédération, un canton, une commune ou une entreprise privée qui exerce des mandats de service public, vous serez toujours les bienvenus ! Au SSP, les membres ont la parole. Aujourd’hui, ils sont environ 35 000 à réfléchir et à se mobiliser pour l’avenir de leur profession, du monde du travail, des services publics.

Website

Le Syndicat du personnel de l’Organisation internationale du Travail

Personnel de l’OIT

La mission du Syndicat est de défendre et de promouvoir les intérêts professionnels, économiques et sociaux de toutes les personnes employées par l’Organisation internationale du Travail, notamment en ce qui a trait à la règlementation et à l’amélioration des conditions d’embauche et de travail, et du bien-être au sens large ; de défendre les intérêts des ancien(ne)s travailleurs/euses de l’OIT ; de coopérer avec le directeur général afin d’atteindre les objectifs de l’Organisation et d’assurer le bon fonctionnement de cette dernière ; mais également de garantir le statut, l’indépendance et la sécurité de toutes les catégories de personnel employées par l’OIT.
Le Syndicat participe en outre à la défense des droits de la fonction publique internationale, et en particulier l’indépendance, les conditions d’emploi ainsi que la sécurité des fonctionnaires internationaux/ales.
Afin de promouvoir les droits syndicaux fondamentaux et d’améliorer les conditions de travail des fonctionnaires internationaux/ales, le syndicat peut être appelé à travailler avec des personnes appartenant à d’autres organisations internationales et leurs associations ou leurs syndicats, mais également avec toute autre structure similaire.

Website

Le Conseil de coordination du personnel de l’ONUG

ONU à Genève

Le Conseil de coordination du personnel de l’ONUG est le syndicat représentant tous les membres du personnel de l’ONUG (notamment la CNUCED, l’OCHA, l’ECE, le HCDH, l’UNRISD et d’autres membres du personnel du Secrétariat à Genève).
Le Conseil compte 25 sièges, pourvus par élection. Le Conseil nomme à son tour un Bureau exécutif. Les informations relatives aux activités du Conseil sont disponibles sur ce site.
Le Conseil de coordination n’a pas pour mission d’assister le personnel de fonds et programmes (PNUD, Unicef, HCR) ou d’autres agences spécialisées qui opère depuis Genève. Les membres de ce personnel sont invité(e)s à communiquer avec leur syndicat respectif.

Website

Inscription au Congrès de l’ISP

Ce formulaire d’inscription (veuillez cliquer ici) doit UNIQUEMENT être rempli par les participant(e)s qui assisteront au Congrès à leurs propres frais, ou qui ont été invité(e)s par le Secrétariat de l’ISP.

Parrainages

Les parrainages sont traités par les instances régionales. Les candidat(e)s sélectionné(e)s seront directement contacté(e)s en temps utile pour procéder à leur inscription.

Participez!

Hébergement, lieu du Congrès et infos pratiques

En savoir plus

MENU